L’ESTIME DE SOI

Qu’est-ce que l’estime de soi ? Comment prendre conscience de sa valeur? Comment avoir une bonne estime de soi? Comment se sentir capable de réussir ce qu’on entreprend ? Comment mieux s’aimer et apprendre à bien vivre avec soi-même et les autres ?

Mieux comprendre les mécanismes de l’estime de soi et posséder des outils pour développer ou maintenir une bonne estime de soi vous permettront de mieux vous accepter.

Nous vivons aujourd’hui dans une société qui, à travers les réseaux sociaux, la publicité, la télévision et Internet, met énormément de pression sur l’apparence, la performance et la possession de biens matériels. Tout cela fragilise malheureusement l’estime de soi en nous faisant croire que nous sommes quelqu’un de bien seulement si nous avons un statut social élevé, si nous portons tel ou tel vêtement à la mode, si nous voyageons partout dans le monde ou encore si nous avons un métier brillant. Il faut toujours viser la perfection et attirer les autres vers soi. On appelle cela la « folie comparative » : aujourd’hui, l’être humain est sans cesse confronté aux images, aux photos, aux miroirs et aux vidéos. La tendance aux selfies, à l’exposition de sa vie sous le meilleur angle avec des fêtes entre amis, des diners en amoureux aux restaurants, un dressing plein à craquer des dernières tendances à la mode et la valorisation du physique parfait, accentuent la pression sociale de l’image de soi. La comparaison avec l’autre est au centre des relations sociales de proximité (fratrie, amis, voisins, famille, collègues); mais aussi avec les célébrités des réseaux sociaux, les mannequins des magazines, les personnes de la télé-réalité, qui mettent en avant essentiellement leur apparence. Les jeunes sont de plus en plus « touchés » par ce phénomène, rendant les adolescents insatisfaits d’eux-mêmes. Ainsi, dans une société qui prônent la beauté et la richesse, il est parfois difficile de conserver une bonne estime de soi.

Qu’est ce que l’estime de soi ?

L’estime de soi est une évaluation personnelle, elle représente l’appréciation que chacun de nous ressent par rapport à sa propre valeur (ses qualités, ses défauts, ses croyances sur soi-même). Elle influence énormément les accomplissements que nous sommes capables d’envisager et d’atteindre. L’estime de soi désigne l’importance ou la valeur que nous donnons aux personnes, aux endroits ou aux événements qui nous entourent. Elle est la reconnaissance de sa propre valeur en tant que personne, en cela, elle s’apparente aux sentiments que l’on ressent.

En psychologie, l’estime de soi occupe une place importante. Elle est fortement liée à la fois à une dimension affective de notre personne, c’est-à-dire ce que l’on pense de soi (aspect physique, popularité, conformité comportementale) ; mais aussi à une dimension sociale, ce que l’on fait de sa vie (réussite professionnelle, scolaire, les compétences que l’on a ). Avoir une bonne estime de soi facilite l’engagement dans une action et une meilleure stabilité émotionnelle.

Estime de soi personnelle :

Il y a 2 sortes de personnes, les personnes à haute estime d’elles-mêmes, c’est-à-dire, celles qui parviennent assez facilement à évoquer leurs qualités quand on leur demande : « je suis courageuse, entreprenante, généreuse » et les personnes à basse estime d’elles-mêmes, celles qui éprouvent une certaine gêne à parler de leurs qualités ou qui ont des difficultés à en trouver. La différence étant que les personnes à haute estime d’elles-mêmes osent agir car elles ont intégré le fait que l’action pouvait éventuellement entrainer l’échec et elles sont en accord avec cette idée. Les personnes avec une basse estime d’elles-mêmes ont peur de l’échec car elles ont tendance à s’identifier à cette défaite, entrainant chez elle un jugement négatif sur elle-même. Elles pensent qu’elles sont nulles et qu’elles n’ont plus d’avenir.

L’estime de soi sociale :

C’est s’estimer selon le regard que les autres portent sur nous, qu’il soit une réalité (réactions ou remarques constructives dues à nos comportements), ou que l’on imagine. En effet l’estime de soi est très sensible à toutes les formes de rejets réels ou imaginaires. Les personnes qui ont une estime de soi vulnérable ou fragile vont interpréter des détails (regards, remarques) comme étant des signes de critiques ou de jugements négatifs sur elles. Elles auront l’impression de ne pas être respectées, ne pas être reconnues ou d’être impuissantes. Ces interprétations auront un impact émotionnel négatif (tristesse, dépression, honte), psychologique (pensées négatives sur soi, perturbations comportementales, doutes, perte de l’auto-contrôle, consommation d’alcool, de drogue, manger de manière excessive). La personne ne voit plus l’intérêt de faire des efforts.

Il est important de savoir que les problèmes d’estime de soi peuvent toucher tout le monde et toutes les catégories sociales. Mais bien évidemment, les facteurs de risques comme le statut professionnel que l’on a, s’il n’est pas perçu comme satisfaisant, viendra créer une blessure narcissique supplémentaire et toucher la personne dans sa dignité.

Conséquences d’une mauvaise estime de soi :

La répétition d’échecs scolaires ou professionnels peuvent ébranler une personne et l’amener à se replier sur elle -même. Moins une personne a confiance en elle, moins elle ose aller vers les autres. Elle rentre alors dans un cercle vicieux dans lequel moins elle agit, moins elle réussit. La personne avec une mauvaise estime d’elle-même tient souvent un discours intérieur négatif sans forcément s’en rendre compte. La personne se dévalorise en permanence : « je n’y arriverais pas », « je laisse tomber », « je ne vais pas essayer », « je suis nulle », « je vais me taire la prochaine fois ». En psychologie, on appelle cela des « pensées automatiques » , elles intoxiquent l’individu de manière intrinsèque, c’est-à-dire de l’intérieur. La thérapie cognitive travaille sur ces pensées négatives qui amènent certaines personnes à penser qu’elles sont les plus bêtes, les moins intelligentes, les moins cultivées, celles qui intéressent moins de monde. Le problème chez ces personnes est qu’elles vont s’enfoncer dans leur dévalorisation au lieu de se réjouir de ce que leur environnement pourrait leur apporter de bon. Face aux difficultés, une personne avec une faible estime d’elle-même oubliera ses compétences et les réalisations obtenues par le passé. Elles vont considérer un moment difficile comme un état permanent.

Les origines de l’estime de soi :

Le niveau d’estime de soi dépend des événements que nous rencontrons dans notre vie, spécialement durant notre enfance. En effet, ce qui construit les bases d’une bonne estime de soi est d’avoir reçu un amour inconditionnel de la part de ses parents, ou de la famille dans laquelle l’enfant a grandi. Le sentiment d’être aimé en tant qu’enfant même si l’on fait des bêtises, si l’on est pas sage ou pas toujours obéissant,  permet de développer une bonne estime de soi.

Aussi, l’aspect éducatif est très important : est-ce que les parents, les enseignants valorisaient les réussites ou au contraire, est ce qu’ils critiquaient toujours l’enfant lorsqu’il échouait ? Etaient-ils compréhensifs ?Comment les parents se comportaient-ils eux-mêmes ? Est-ce qu’ils étaient toujours dans le doute ou l’inquiétude de ce que vont penser les autres ? Est-ce qu’ils évitaient d’agir par peur du jugement ?

Si nous avons été appréciés et traités avec dignité, nous aurons une bonne estime de soi. Si nous n’étions jamais encouragés, plutôt discriminés ou réprimandés, nous aurons une faible estime de soi. Certaines expériences dans l’enfance affectent l’estime de soi mais elles ne sont pas fixées pour toujours. Les recherches en neurosciences démontrent que le cerveau continue de se transformer tout au long de la vie en fonction des expériences vécues.

Pourquoi progresser en estime de soi ?

Une bonne estime de soi n’est pas du narcissisme ou de l’égocentrisme. Progresser en estime de soi permet de s’accepter soi-même avec ses défauts et ses qualités et de trouver sa place avec les autres au sein de la société. Les personnes qui ont une mauvaise estime de soi sont trop exigeants envers eux-mêmes. La personne doit se réconcilier avec elle et apprendre à se « respecter » comme elle est et ne pas se mettre toutes ces pressions. La personne doit accepter ses imperfections et agir sans avoir peur de l’échec et  du « non ».

Les outils pour une meilleure d’estime de soi :

Il est important de s’entourer de personnes avec qui nous vivons des expériences positives pour augmenter les facteurs de changements vers une meilleure estime de soi. La façon la plus nourrissante d’entretenir son estime de soi viendra de certaines attitudes envers soi-même, en reconnaissant ses valeurs, ses besoins, ses attentes, ses désirs en tant que personne et de tendre à être de plus en plus fidèle à soi-même.

Comment s’y prendre ?

  1. SE CONNAITRE : tenir un journal de bord afin de porter une attention particulière à ce qu’il se passe en soi : identifier ses opinions, ses besoins, ses intérêts, ses émotions, ses valeurs.
  2. SE RESPECTER : apprendre à s’accepter tel que l’on est et agir en accord avec les différentes facettes de sa personnalité. Taire sa petite voix intérieure négative afin de développer une meilleure image de soi. Prendre le temps de reconnaitre ses forces et d’apprécier ses réussites. Apprendre à être dans l’affirmation de soi.
  3. DEVELOPPER DE LA COMPASSION ENVERS SOI : apprendre à accepter ses limites, ses imperfections, ses défauts.
  4. PERSEVERER : faire des efforts au quotidien : agir en fonction de ce qui est important pour soi et se respecter en s’attribuant ses propres réussites.
  5. DEVELOPPER DES RELATIONS POSITIVES  : s’entourer de bonnes personnes pour conserver une bonne image de soi. Chercher la compagnie de gens qui partagent nos valeurs, qui nous respectent et nous apprécient tel que nous sommes.
  6. SE DONNER LE DROIT A L’ERREUR : Apprendre de ses erreurs pour mieux avancer. Les regarder comme des expériences de vie. Se donner le droit à l’erreur peut permette à une personne de ne plus répéter certains comportements néfastes pour elle.
  7. AVOIR DES PENSEES POSITIVES SUR SOI : par exemple, trouver dans la journée 3 choses ou actions positives que vous avez effectuées pour vous ou pour les autres. Se regarder dans le miroir et se répéter des points positifs sur soi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib